• Qui est le plus stupide?

    Parce qu'on parle souvent de la cours des grands, mais on en oublie la cours des enfants. Tout ces petits gigotants, criants, sautillants, chantants, haletants... On en oublie cette enfant non agitée. Si l'on avait remplacé les prénoms par de simples mots, on l'aurait appelée "larmes", tristesse" ou encore "nostalgie". C'est sur elle même qu'elle se replie et s'accroupie dans ce coin de la cour. Quelque fois, quelques uns accourt auprès d'elle pour l'observer. Non pour lui proposer de jouer, mais pour se moquer. Alors elle plonge sa tête dans ses genoux. Ils rient, puis repartent satisfait. Ils se moquent du mal que ça lui fait. On dira qu'ils sont encore petit. Mais cette petite sera surement marquée à vie. Oui, on en oublie les blessures durables de la vie. Parce que l'on pense qu'elle ne s'en souviendra plus, alors qu'elle sera dépourvu. Renfermé, elle n'arrive pas à y échapper. Le mal être se crée, et dans son coin encore elle reste. Elle a appris à se méfier et est surement plus armée que quiconque. Mais à quoi servir quand on se sent si vulnérable, si démuni? Tellement vulnérable, tellement démunie qu'elle en pleure maintenant chaque jour passant. On dira qu'elle est encore petite, et que les petits pleurent pour rien. Mais cette fois c'est plus qu'une simple égratignure, c'est une blessure la rongeant et la détruisant. Elle n'est pourtant pas différente des autres, juste un peu plus réservée. Et puis, qu'est ce que la différence? Nous sommes tous différents, dira t-on, mais pourtant ces différences engendrent de la souffrance. Malheureusement cette fois c'est pour cette petite fille et non pour ces garçons qui viennent se moquer. Pourtant, elle pourrait ne pas se laisser marcher sur les pieds, et se moquer d'eux comme à leur façon. Mais elle ne le fait pas, elle reste la tête entre ces bras. Oui, on pensera qu'elle oubliera. Vous souvenez vous de certains passages de votre enfance? Moi je m'en souviens. Elle s'en souviendra. Le passé la rejoindra. Elle ne sait peut être pas encore très bien s'exprimer, mais elle sait qu'elle a mal. Elle ne sera pas le décrire, l'expliquer, mais elle est consciente de cette douleur permanente. Eux sont totalement inconscient. Les petits qui se moquent son inconscients, les grands qui ne réagissent pas sont inconscients. Parce qu'ici on ne parle que de cette petite fille, mais de multiples suivent le même fil. Primaire, collège, lycée... Ils ne cessent de se laisser intimider. Au collège on est grand, mais on peut être méchant. Au lycée on est grand, mais on peut être méchant. On dira alors de ce qui font le "mal" qu'ils sont stupide. Mais regardons bien au delà, des tas ne réagissent pas. Est ce le "méchant" qui est stupide? 


  • Commentaires

    1
    Dimanche 28 Février 2016 à 17:33

    J'aime beaucoup, tu écris bien :)

    2
    Jeudi 3 Mars 2016 à 19:04
    Merci ;)
    3
    Mardi 26 Juillet 2016 à 16:41

    Très beau texte, et plein de vérité. Les enfants prennent les choses beaucoup plus à coeur, et ça peut laisser des traces, on n'y pense pas assez souvent.

      • Mardi 26 Juillet 2016 à 19:11

        Merci beaucoup! Oui exactement!

    4
    Dimanche 21 Août 2016 à 22:54
    C'est magnifique. On ressent beaucoup d'émotions. On pourrait tous et beaucoup ont sûrement été cette petite "nostalgie", "larmes", "tristesse". J'en ai fait partie alors ton texte me touche énormément. Le passé est une blessure, un petit rien qui ne se referme jamais...
      • Lundi 22 Août 2016 à 22:58
        Merci beaucoup pour ton message!Je pense qu'on a tous plus ou moins vécu des moments paq faciles lorsqu'on était petit ... Merci encore! Et oui le passé reste même si celui ci est mauvais
    5
    Samedi 8 Octobre 2016 à 19:14

    Je croix que c'est mon texte préféré parmi tous ceux que tu as écrit pour le moment... J'ai l'impression de me retrouver dans cette petite fille. Tu as un vrai talent ! Continue ! Et bon courage pour la suite ! 

      • Samedi 8 Octobre 2016 à 23:42

        Merci beaucoup! Je suis contente que tu apprécies ce texte. Bon courage à toi aussi!

        Bisous

    6
    Samedi 14 Octobre à 16:33

    C'est très joli, très réaliste. Un peu trop, pourrait-on dire. Généralement, les gens n'aiment pas parler de ce genre de choses. Parce que ça les concerne. Et qu'ils ont tous vécus cette situation, d'un côté comme de l'autre.

      • Samedi 14 Octobre à 18:08

        Merci beaucoup pour ton beau message! Je n'ai pas vécu cette situation mais lorsque j'étais plus jeune j'étais souvent seule, peut être ce qui m'a poussé à écrire ce texte. Je cherche surtout à faire réagir à travers ce texte des problèmes qui persistent aujourd'hui et qui, selon moi, ne doivent pas être "évité" ou encore être mis de côté. 

    7
    Dimanche 15 Octobre à 11:44

    C'est tellement vrai!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :